Comme au cinéma ! l’esprit comme projecteur

projecteur

Dans cette méditation, nous observons comment l’esprit est comme un projecteur. Ce que nous voyons est l’écran du cinéma sur lequel nous projetons les émotions liées à notre esprit. Nous pouvons partir faire une marche ou du sport, et nous nous sentons très contents pendant quelques heures mais ensuite nous  sommes fatigués et nous voulons arrêter. Alors maintenant s’arrêter et s’assoir c’est le bonheur. Après nous restons assis trop longtemps alors on s’ankylose,on en a assez et on se lève, alors se tenir debout c’est aussi le bonheur.

L’essence de cette méditation est de réfléchir sur le fait que rien n’est fixe dans ce monde, ni la beauté ni le bon pas plus que le mauvais. Et nos émotions n’ont plus ne sont fixes. Quand on croit que nos perceptions sont la réalité, la vérité absolue, nous comprimons nos esprits et nos croyances et cela affecte nos actions car continuellement nous essayons de rendre les choses de la façon dont nous voulons qu’elles soient ou croyons qu’elles doivent être, ou nous souffrons parce que les choses ne collent pas à notre vue du monde. De fortes croyances affectent notre façon de penser et nos habitudes émotionnelles , cela céder des attentes, des comparaisons et des pressions pour nous même et pour les autres.  Ces croyances sont les filtres les plus forts à travers lesquels nous voyons notre monde et attachons un sens à chaque chose.

Un exemple facile pour illustrer cette tendance est de réfléchir aux marques de designers. Cela a peu de sens de payer un sac des centaines d’euros s’il est fait de la même matière que le même sac sans marque, mais le marketing a été bien fait- les histoires sur le talent du designer, ou comment les autres nous verront en portant ce sac- alors nous commençons à croire que ce sac est meilleur que les autres. Nous essaieront d’obtenir ce sac et nous nous sentirons frustrés si on ne peut l’avoir ou nous pouvons penser que nous ne sommes pas assez bien physiquement pour porter ce sac à la vue de tous.

Si vous partez en vacances quelque part, vous pouvez penser que l’endroit que vous explorer est merveilleux à vos yeux mais peut être que pour les gens qui vivent dans cet endroit c’est difficile pour vivre. On peut penser aux iles tropicales par exemple où beaucoup de gens veulent aller et où les personnes qui vivent dans ces îles sont pauvres ou ont de la difficulté pour se nourrir.

Tout ça ne veut pas dire que nous ne devrions jamais avoir un objet de designer ou de penser à un endroit comme très beau, mais la clé est de développer une compréhension, que notre bonheur ne s’appuie pas sur ces choses – nous pouvons être très heureux sur une île et quelquefois non- cela n’est pas permanent. Aussi nous pouvons avoir un vêtement de marque très beau mais cela ne peut nous amener une satisfaction éternelle ou un contentement permanent.

Pour aller un peu plus loin, voyons les relations qu’on peut avoir et comment elle peuvent varier, même avec la personne que vous aimez le plus. Quelquefois, on peut vous appeler au téléphone tellement de fois que vous avez un sentiment de manque de liberté – vous avez besoin d’espace pour vous. Mais si après un ou deux mois , on arrête de vous appeler alors vous commencer à vous sentir seul et triste. La première fois vous voulez les choses d’une certaine  façon, puis vous changez. Vous pourriez par exemple « étiqueter » vos parents comme des gens peu généreux mais vous avez oublié combien d’amour ils vous ont donné quand petit enfant vous aviez besoin d’eux pour la plus petite chose de votre vie.

C’est très humain de vouloir décrire les gens et les choses et d’interpréter tout le temps leurs actions. Le message clé est d’être conscient que pas une de ces choses n’est gravé dans la pierre – Comme toute chose dans la vie et le monde , elles sont sujettes au changement; Les conditions extérieures peuvent créer un changement et nous pouvons avoir le courage de   voir et d’affronter nos propres croyances et peut être d’être moins attachés aux étiquettes que nous utilisons dans notre vie et celle des autres.

Prenons un exemple :

Quelques minutes dans votre chambre:  prenez un objet  que vous aimez pour sa beauté. Concentrez vous sur l’objet et pensez à sa beauté. Commencer à contempler que votre concept de la beauté est juste une projection de votre esprit. Comprendre que c’est vrai d’une façon relative puisqu’un autre ami peut voir cet objet en pensant que sa couleur ne lui plait pas. Regardez simplement cet objet, sans l’étiqueter comme beau ou laid mais simplement comme il apparait en acceptant sa propre nature. Le laisser tel qu’il est .

Cet exemple nous aide à comprendre comment nous fabriquons ou nous étiquettons les choses- même les émotions comme le bonheur, la souffrance, la tristesse et la colère. Si vous vous vous entrainer à cette méditation , vous ne stopperez pas soudainement vos émotions mais vous vous relaxerez en voyant les émotions juste pour ce qu’ales sont- comme une vague qui se forme à un moment puis retourne à l’océan, comme une partie de l’océan.

Ainsi les émotions sont une part de nous même, mais pas nous même. Nous n’avons pas besoin d’être piégés par elles.

Changer la fréquence de notre esprit

 

frequence

Beaucoup d’entre vous pensent peut être qu’ils n’ont pas le temps de vérifier qui ils sont, quelle est la nature de leur esprit. On pourrait se décrire comme une émotion : « je suis un garçon colérique  » ou « je suis une fille jalouse » , pensant que la colère ou la jalousie est la nature de nos esprits.  mais penser aux nombreuses fois   où nos émotions changent en une simple journée. Donc nous ne pouvons être la colère ou la jalousie. C’est quelque chose qui vient mais qui n’est pas notre nature. Ces émotions habituellement recouvrent notre nature intérieure comme un vague qui se brise sur la roche mais qui est remplacée par une autre. La plupart d’entre nous ne nous donnons pas le temps de regarder au delà de nos fabrications . Cela veut dire que nous allons toujours vers les extrêmes –  mauvais , bon, heureux ou triste; nous manquons le chemin du milieu.

Si vous êtes bloqué par quelque chose, essayer de changer la fréquence de votre esprit. Laisser aller vos vieux jugements et vos façons de pensée à propos de la situation et ouvrez vous à une nouvelle possibilité de voir. Lâcher la parole qui vous maintient dans la fixation comme » j’ai toujours… » ou « je ne peux pas… ». Si vous voulez essayer quelque chose de nouveau, soyez réceptif à cette possibilité.