L’ Art du Lâcher-prise

lacher2

C’est une chose d’adhérer à l’idée que nous pourrions avoir besoin de lâcher prise sur quelque chose  (une mauvaise relation, une étiquette qui nous enferme dans une boîte ou une personne qui a une influence négative sur nous), mais c’est une autre chose que de le faire vraiment.

En commençant à comprendre que toutes nos habitudes émotionnelles ne nous aident pas, vous avez déjà fait le premier pas. Vous commencer à écouter votre sagesse intérieure , plutôt que de laisser votre esprit égocentrique jouer le show. Cela ne veut pas dire que les émotions elles-même sont en quelque sorte « mauvaises ». Nous avons vu que toutes les émotions sont nos guides et apportent de la couleur et de la profondeur à la vie. Mais c’est la façon dont nous réagissons qui peuvent nous pourrir la journée ou même de longues périodes de nos vies. Quel sens nous leur donnons ? Combien de temps nous nous attachons et nous les fixons, alors que le moment est déjà passé ?

Comme votre conscience se développe à travers votre expérience de tous les jours et aussi la méditation, vous commencer à noter un petit espace entre vos émotions et vos réactions. Soyez très patients avec vous même quand vous commencer ce processus d’augmenter votre conscience. Au début, c’est le fait de noter réellement quand les émotions négatives arrivent, celles qui semblent sortir rapidement de nulle part en réaction à une situation ou une personne et celles qui vous mangent tranquillement la confiance et l’estime de soi. Pour quelques uns, cela pourrait être la colère, ou d’être trop sensible à quelque chose ou un sentiment de jalousie si un amoureux se dirige vers quelqu’un d’autre. Pour d’autres cela peut être un sentiment général de ne pas pouvoir être aimé , ou chez ceux qui ont toujours été « bons » , quoi qu’ils fassent il y a toujours cette anxiété intense d’avoir la possibilité de chuter (faire moins bien ). Nous verrons ces points dans les autres articles de façon plus détaillée.

Vous ne stopperez pas soudainement d’avoir ces émotions négatives ou réactions négatives mais vous pourrez commencer à les observer – au début après qu’elles soient déjà apparues et ensuite , graduellement comme elles arrivent, ou quand votre corps et votre esprit vous donneront des signes qu’elles sont près d’arriver . Demander vous, sans les juger, d’où elles viennent ?  peut-être qu’il y a une autre chose impliquée à laquelle vous n’aviez pas pensé -comme par exemple la fatigue ou avoir faim.  Demander vous si votre égo devrait être impliqué dans l’émotion- Prenez vous les choses trop personnellement en vous considérant comme le centre de l’univers ?

Se rappeler que lorsqu’on discute d’idées ou de sujets avec d’autres nous n’acceptons pas toujours ce qu’ils disent sans questions. Nous explorons et nous demandons plus d’informations, pour qu’on puisse voir les choses de leur point de vue. Et nous pouvons faire la même chose avec nos propres esprits. Juste poser quelques questions peut souvent nous aider à enlever l’intensité qui colore nos sentiments, et vous pouvez commencer à lâcher prise sans même le réaliser.

Ou vous pourriez encore sentir que votre réaction était compréhensible vu les circonstances, mais en la regardant vous pouvez voir que continuer ce sentiment peut vous rendre mal à l’aise pour la journée . Vous vous rappelez les méditations de l’appréciation et du changement et vous penser: bon, c’était pas si bien, mais je n’ai pas besoin d’être bloqué par ce sentiment douloureux; je peux accéder aussi à tous ces sentiments positifs.

lacher

Quelquefois, nous avons un peu peur de lâcher prise. Par exemple quand on a à faire face à un problème ou un choix difficile. Nous pourrions attendre de prendre une décision jusqu’à ce soit peut-être trop tard, parce que nous sommes si préoccupés par les conséquences de notre choix. A d’autres moments, ce sont les émotions ou les étiquettes auxquels nous sommes devenus si attachés (qui sont des projections de l’esprit). Nous croyons fermement que certaines caractéristiques ou faiblesses sont une part inhérente à nos personnalités: elles sont ce que nous sommes. Par exemple, si vous êtes rapides à la colère, vous êtes décrits comme quelqu’un de passionné et de fier, vous pouvez vous inquiéter que lâcher prise de cette colère veut dire que vous perdez une partie de vous même- et ainsi ne pas savoir qui vous êtes sans cette colère. Mais ce n’est pas la colère elle-même que vous laisser , mais plutôt votre réaction à cette colère « ce que vous faîtes après ». Les émotions sont une grande part de nous même, notre humanité, mais nous n’avons pas besoin de les fixer pour être nous même.

Lacher prise sur ce qui a pu nous heurter profondément ou des étiquettes avec quoi vous avez vécu  n’est pas facile et on peut souvent alors recourir à une thérapie. Mais comprendre comment travaille son esprit peut aussi aider. Ensuite, il est possible de lâcher doucement les schémas ou les habitudes émotionnelles qui ne nous aident pas, tout en gardant celles qui sont valables.

Oui, votre esprit égocentrique continuera à mal se comprendre avec les mêmes habitudes familières et pestera ou criera lors de certaines occasions. Mais progressivement, vous sentirez que le poids sur vos épaules s’allègera. Votre sens de la vie s’éclaircira et cela vous donnera la chance de vous concentrer et joyeusement aller vers les choses qui font une différence, qui importent, et qui vous rappellent ce qu’est vraiment la vie.